Cet ouvrage est idéal pour apprendre à mieux connaître ou reconnaître les habitants du jardin. Dès l’ouverture, nous découvrons une frise qui se déplie sous forme d’accordéon. D’un côté nous apprenons les noms et caractéristiques de 20 oiseaux, de l’autre nous essayons de les reconnaître dans les branches. 

Avec l’application, vous allez pouvoir écouter le chant de ces oiseaux, les voir s’animer et même jouer au memory. Tout est bien pensé pour que parents et enfants puissent partager une belle expérience en famille.

La jeune maison d’éditions Le Cosmographe publie En mer, un album jeunesse qui sonde l’âme des marins et questionne subtilement la notion de voyage.

L’ouvrage est traduit de l’italien par Nathalie Campodonico , les textes sont de Ricccardo Bozzi et les illustrations, d’Emiliano Ponzi. 

Au sein d’un univers maritime empreint de poésie, l’équipage d’un trois-mâts part à la recherche d’un trésor ‒ tel est le récit qui s’offre à première vue au lecteur. Mais plus qu’une aventure traditionnelle ou une simple expédition de pirates, l’ouvrage soulève en filigrane des interrogations quant aux réelles aspirations des voyageurs qui prennent le large. Il convoque, par métaphore, tout ce que la mer contient pour nous de fantasme, d’aventure et de projection.  

Du point de vue des graphismes, les lignes épurées et les couleurs intenses d’Emiliano Ponzi se marient parfaitement à la sobriété du récit. Par ailleurs, les composantes habituelles du voyage font place à une réflexion sur le pouvoir de l’imaginaire et c’est par l’ouverture d’un hublot qu’on observe, tels des marins privilégiés, l’odyssée de figures évanescentes dont on voudrait être les compagnons sur l’océan.

En mer, on navigue ainsi au milieu de paysages inquiétants ou majestueux. Les scènes oniriques sont d’ailleurs habilement enfouies et dissimulées sous des rabats, dévoilant un second niveau de lecture, comme si toute carte de navigation était un talisman donné au lecteur afin qu’il cherche sa propre voie.